RETOUR

 
 

 
 
     
 

Sauf autorisation de la Direction de Publication ou partenariat pré-établi, toute reprise des articles de Jipsports, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 
     
 
     
 
 

Marianel Faladé

Footballeur béninois sociétaire de l'Association Sportive Saône Mamirolle

 « C’est mon rêve de jouer un jour en équipe nationale… »

Marianel Faladé

 

Jeune talent béninois doué et caché dans la ligue régionale française (LR3), Marianel Faladé a terminé meilleur buteur du championnat passé avec son ancien club ASV Velotte en marquant 26 buts en 24 matchs. Sollicité par plusieurs équipes dont le club allemand FC Union Berlin évoluant en Bundesliga 2 pour sa qualité de buteur, il ne va pas évoluer en Allemagne pour raison de problèmes administratifs. Le 10 juillet 2017, il signe un contrat de deux ans avec l'Association Sportive Saône Mamirolle (LR3) où il est déjà l’auteur de trois buts   en deux rencontres. Dans cet entretien qu’il a bien voulu nus accorder, Il nous dresse son parcours footballistique et lève un coin de voile sur ses ambitions pour sa discipline de passion qu’est le football. Enfin, JIPSPORTS.COM vous fait découvrir son jardin secret. Lisez plutôt !!!

 

 

 

FICHE DE PROFIL DE MARIANEL FALADE

 

Nom : Faladé                                                

Meilleur poste : Attaquant

Prénom : Marianel                                      

Club actuel : Association Sportive Saône Mamirolle (ASSM)

Date de Naissance : 17 octobre 1992     

Meilleur pied : Droit

Lieu de Naissance : Kétou                         

Situation matrimoniale : Célibataire

Nationalité : Béninoise                              

Taille : 1,80m                                              

Poids : 72 kg

 

 

Bonjour monsieur Faladé, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs qui vous découvrent?

Bonjour, moi c’est Marianel Faladé. Je suis née le 17 octobre 1992 à Kétou. Fotballeur étudiant je viens d’avoir mon DEA en psychologie social et les sciences des sports et loisirs à l’Université de la Franche Comté.

 

Parlez-nous un peu de votre parcours de footballeur ?

Je touchais le ballon depuis que j’étais tout petit et pour moi ça été une vocation. A l’adolescence, j’ai commencé par jouer à la Jeunesse Sportive de Danto (JSD) en tant qu’attaquant de pointe. Ensuite, j’ai intégré l’équipe sénior dénommé Castor FC de Danto dont l’entraîneur est feu coach Raoul Coréa qui malheureusement n’est plus (paix à son âme). Après, j’ai signé un contrat avec l’UNB en deuxième division en 2009, avant de me consacrer à mes études universitaires. Dans le même temps, j’ai continué avec l’équipe de l’INJEPS avec qui, nous avons été deux fois champion des jeux universitaires et deux fois vice-champion (dans les années 2011, 2012, 2013 et 2014). Il faut noter que j’ai joué au cours de la saison 2015 avec l’Association Sportive Oussou Saka (Asos) (Ligue 1). Ici, la saison n’est pas allée à terme et j’ai dû repartir dans mon club de cœur Castor FC de Danto avec qui j’ai été champion du tournoi de Missérété dénommé TCFAM et aussi champion du tournoi de l’unité en tant que capitaine et meilleur buteur. En 2016-2017 j’ai été meilleur buteur du championnat district de la Ligue de la Franche Comté et le 10 juillet 2017 j’ai signé mon contrat avec l’équipe de Saône Mamirolle où je suis l’actuel meilleur buteur avec trois buts en deux matchs. Notons que j’ai été le premier joueur à signer un contrat semi-professionnel dans la Ligue de la Franche Comté avec à la clé, un transfert régulier et un salaire de base.

 

Tout œuvre n'étant jamais facile et vous avez certainement été confronté à des difficultés au cours de votre parcours. Pouvez-vous les partager avec nos lecteurs ?

Mes premières difficultés se trouvent au niveau de mes parents. Ils se sont imposés à ce que je joue au football parce que j’étais très jeune. Mais malgré ça, je me suis entêté. Le décès sur le terrain de l’international camerounais Marc-Vivien Foé en 2003 a envenimé les choses (Rire) puisque mes parents m’ont interdit carrément de jouer. Mais je n’ai jamais abandonné mon rêve. Après, suite à un choc que j’ai eu sur le terrain et où mon front a saigné, j’ai été contraint d’arrêter quelques temps. Mais il faut parler de destin car je crois que j’avais de beaux jours devant moi. Ensuite, j’ai été sélectionné pour jouer les éliminatoires cadets, mais je me suis à nouveau blessé au cours du premier entrainement. Déçu, j’ai dû tout abandonner et meconsacrer aux études. Après mon CAPEPS Bac+5 j’ai eu une bourse pour étudier en France et le football est revenu dans ma vie.

 

Etant donné que vous avez été une sélectionné fois en équipe nationale cadette malgré votre blessure, pensez-vous un jour revenir en équipe senior ?

J’avoue que c’est complexe aujourd’hui et le challenge est de taille, bien que j’ai le niveau pour jouer à l’équipe nationale. La preuve, j’ai brillamment réussi à mon test en Bundesliga 2 où j’ai été sélectionné, mais finalement je n’ai pas pu finaliser le contrat pour quelques problèmes administratifs. Donc si j’ai le niveau de la Ligue 2 ou Ligue 1, je pense que je peux bien jouer en équipe nationale. Mais aujourd’hui, ce sont les statistiques qui parlent et c’est mon rêve de venir à l’équipe nationale. Je veux prouver que je mérite de jouer en sélection si l’occasion m’était donnée m’appelait.

 

Vous avez certainement une idole dans le sport qui a marqué votre enfance ?

Mon idole d’enfance est sans doute Didier Drogba.

 

Dites-nous monsieur Faladé, comment sentez-vous l'influence du public sur votre rendement ?

Le public a toujours été un point fort pour un joueur certes, mais il faut avoir un mental d’acier pour jouer devant un public qui ne demande qu’un résultat satisfaisant. Mais dans un autre sens, le public est une source de motivation et il est là pour permettre de croire surtout quand tu fais bien. Mais dans le cas contraire, attend-toi à passer des nuits blanches si tu ne satisfais pas le public.

 

Quels sont vos projets à court et à moyen terme ?

A court terme, c’est de continuer par jouer au football, profiter de ma jeunesse et porter si possible haut, le drapeau de mon pays. Et à long terme, j’envisage de finir ma thèse en psychologie de sport ou en anthropologie pour occuper des postes de responsabilités ; Enfin, je voudrais avoir un centre de formation de football.

 

S’il vous était demandé, au vu de votre expérience de prodiguer des conseils à vos jeunes qui désirent faire carrière comme vous, que leur répondrez-vous ?

En terme de conseil, je leur dirai que « Seul le travail paie ». En football, atteindre le sommet, c’est comme demander à quelqu’un de passer dans un trou de fourmis. Ensuite, il faut aussi avoir de la chance. Enfin, il faut étudier et avoir un métier parallèle parce que le football peut te lâcher à tout moment, une blessure et ta carrière peut basculer. Je leur propose rigoureusement le sport et les études.

 

Votre mot de fin pour conclure cet entretien ?

Le football va très vite j’avoue que pour moi, c’est un rêve de vivre aujourd’hui du football. Pour l’instant, je suis venu en Europe pour étudier mais le destin a décidé autrement. Certes mon objectif par rapport aux études sera atteint, mais je profite de ma qualité et mon expérience pour réaliser mon rêve. Je remercie tous ceux qui de prêt et de loin m’encourage à aller loin dans ce secteur. Vous savez, je suis un compétiteur né winner, je veux écrire mon histoire. Comme le dit deux adages que j’aime tant, « il n’est jamais tard pour mieux faire » et « Aux âmes bien nés, la valeur n’attend point le nombre d’années ». Je vous remercie.

 

 

QUESTIONS - VERITES

 

Votre meilleur souvenir ?

Quand j’ai pris mon enfant dans les mains pour la première fois, il y a déjà deux mois.

 

Votre mauvais souvenir ?

Lorsque ma mère est rentrée de l’hôpital le 12 juillet 2005 avec les larmes aux yeux en me disant que mon grand frère est décédé.

 

Votre plat préféré ?

Sauce légumes vernonia avec la pâte.

 

Votre plus grand rêve ?

Etre président de la République.

 

Votre principale qualité ?

La rigueur.

 

Qu’aimez-vous le plus en vous-même ?

Je suis positif et pour moi, rien n’est impossible. Je n’abandonne jamais.

 

Votre idole ?

Nelson Mandela

 

Votre date d’anniversaire ?

17 octobre 1992.

 

Etes-vous marié ?

Non mais je vais bientôt le faire car c’est en projet.

 

Qui est pour vous le plus grand personnage du monde ?

Mon père (rire).

 

Votre couleur préférée ?

Le bleu.

 

Avec quelle haute personnalité aimeriez-vous dîner ?

Avec le président de la République Patrice Talon

 

Votre animal préféré ?

Le chat

 

Votre principal défaut ?

Je suis timide.

 

Votre animal préféré ?

Le hibou

 

De quoi avez-vous peur ?

Rien ne me fait peur, seulement que j’ai la crainte de Dieu.

 

Si vous n’étiez pas devenu footballeur, quel métier exerceriez-vous ?

Enseignant.

 

Votre principal défaut ?

Trop honnête.

 

 

 

Serge Désiré KOUBOLO-KIANA

jipsports@yahoo.fr

Site "Jipsports", Date de la 1ère Publication : Lundi 18 Septembre 2017 (21h57)

 
 

Adresse : 03 BP 2253 - Cotonou (Bénin) Email : jipsports@yahoo.fr  

Téléphone :  (+229) 97 07 87 70 / (+229) 94 06 23 93  - Site web : www.jipsports.com